Collecte des fonds pour la promotion de la conservation communautaire des espèces menacées en RD Congo

Aidez-nous à la promotion de la conservation communautaire et sécurisation d’un corridor écologique de plus de 7000 kilomètres carrés de forêts communautaires en République Démocratique du Congo !

Situé entre la Réserve Naturelle de Tayna, la Réserve Naturelle de Kisimba-Ikobo et le Parc National de Maïko en RDC :

Préservons l’habitat naturel des espèces animales et végétales menacées !

Collecte des fonds pour la promotion de la conservation communautaire des espèces menacées en RD Congo

 

Initié par Paradis des Primates

Brève présentation de notre organisation

Le Paradis des Primates est une organisation à but non lucratif. Légalement établie en République Démocratique du Congo, elle intervient dans le domaine de la protection et conservation de la biodiversité d’une manière générale, et en particulier, celle des espèces menacées de disparition.

Notre projet

Dans le cadre de notre mission, nous lançons ici le projet de promotion de la conservation communautaire et sécurisation du corridor écologique situé entre la Réserve Naturelle de Tayna, la Réserve Naturelle de Kisimba-Ikobo et le Parc National de Maïko, RDC. Les actions seront réalisées à travers la conservation communautaire participative, par l’accompagnement des communautés locales dans la création des Concessions Forestières des Communautés Locales…

Quels sont les objectifs du projet?

  • Créer une zone de protection et conservation de la nature à caractère communautaire.
  • Limiter le braconnage, particulièrement celui des espèces animales menacées, et de toute autre espèce animale au sein de la zone de conservation.
  • Limiter la dégradation catastrophique de la biodiversité sauvage et préservant leur habitat naturel.
  • Intervenir dans la protection et conservation des espèces menacées.
  • Promouvoir la conservation communautaire de la nature par la création des concessions forestières des communautés locales dans la zone cible.
  • Lutter contre la déforestation massive et préserver les forêts tropicales/équatoriales de la zone concernée et intervenir dans le processus de séquestration du CO2.

Le contexte

Le présent projet de corridor sera réalisé dans les forêts situées entre les deux aires protégées citées en titre. La zone s’étend à plus de 7000 kilomètres carrés de forêts communautaires.

Dans le contexte actuel, nous allons encourager les communautés locales des zones d’intervention à créer des Concessions Forestières des Communautés Locales (CFCL), ceci est une démarche autorisée par le gouvernement congolais, permettant aux membres des communautés locales de se rassembler, de s’associer pour créer le CFCL afin de pouvoir intervenir dans le processus de protection et conservation de la nature dans leurs milieux de vie.

Nous procéderons à l’initiation de la communauté locale à opter pour les cultures pérennes afin d’éviter les déboisements répétitifs, la communauté locale sera également initiée à la pisciculture, à la production des champignons, à l’élevage du petit bétail et en leur apportant des postes médicaux afin d’éviter les empiétements de population sur les zones de conservation pour la recherche de la viande et autres produits forestiers.

Urgence – 1ère étape du projet

Nous allons nous concentrer aux forêts communautaires de Pinga en territoire de Walikale. Une superficie de 6000 hectares, soit 60 kilomètres carrés sont ciblés pour cette année 2021.

Les trois clans propriétaires des terres cibles sont tous d’accord avec la proposition de créer une concession forestière de communauté locale. Ils ont accepté de dédier 60 Km2 à la conservation de la biodiversité sauvage. Il est maintenant temps d’agir afin de protéger ces forêts et toutes les espèces animales qui y habitent.

Pour pouvoir palier à la dépendance des communautés locales aux produits forestiers, nous prévoyons l’intégration des projets de substitution aux produits forestiers dans la vie des peuples autochtones et celle de la communauté locale, tel que :

  • Formation à l’élevage et octroi du petit bétail aux populations riveraines pour limiter les incursions à la recherche de la viande au sein de la zone de conservation ;
  • Initiation à la pisciculture et octroi des semences ou alevins, pour limiter les activités de chasse au sein de la zone de conservation créée ;
  • Proposition d’adopter des cultures pérennes pour limiter la dégradation massive et répétitive des forêts et donc de l’habitat naturel de la faune sauvage ;
  • Formation et initiation à la production des champignons comestibles ;
  • Construction et équipement de postes de santé pour le bien-être sanitaire des communautés locales afin de limiter les empiétements sur le site protégé à la recherche des plantes médicinales ;

Ces actions seront lancées dans la deuxième phase du projet. Pour l’instant nous allons nous concentrer sur la sécurisation du site par les éco-garde non armés.

Les activités sur le terrain afin de garantir la protection de la faune sauvage

Il est prévu, en cette année 2021, l’installation d’une équipe réduite pour assurer le suivi du projet. Le recrutement et la formation d’éco-gardes sont envisagés. L’équipe (coordination et éco-gardes) sera chargée de :

  • Réaliser un suivi journalier des chimpanzés en particulier, et des autres animaux sauvages en général. Le monitoring devra être régulier. Identifier des menaces, et dans la mesure du possible détruire les menaces à l’intérieur de la concession de conservation.
  • Réaliser des Inventaires floristiques, faunistiques au sein de la zone de conservation.
  • Détruire des éventuels pièges installés par les chasseurs et braconniers dans la concession de conservation pour la capture des animaux sauvages.
  • Sensibiliser les populations locales riveraines de la concession, en matière d’engagement communautaire dans le processus de protection et conservation de la nature.
  • Identifier les ménages les plus proches pour un éventuel soutien dans le cadre des prochaines étapes des projets de substitution.
  • Intervenir activement dans la recherche des autres terres et sensibiliser les autres clans ou familles possédant des terres (forêts).
  •  Produire un rapport hebdomadaire, détaillé.

Information des investisseurs/donateurs de l’évolution de notre projet

Des rapports mensuels et un rapport annuel détaillés seront envoyés aux investisseurs/donateurs pour les informer de toutes les activités et de l’évolution du projet. Les investisseurs ou donateurs pourront formuler des propositions et suggestions, et nous les adresser dans le but de vouloir améliorer les résultats sur terrain. D’autres informations seront disponibles sur notre site web et sur notre page Facebook d’une manière régulière.

A quoi serviront vos dons ?

Vos dons d’argent serviront au lancement de cette première étape du projet en se concentrant sur les forêts communautaires de Pinga. Cet argent sera également utilisé pour la formation, l’équipement et la paie des salaires mensuels des éco-gardes (équipe). Une autre part de l’argent sera consacrée à la paie des frais de transport et prise en charge des agents pour la réalisation des missions d’évaluation et suivi du projet, mais aussi, l’installation et l’équipement d’un bureau de coordination.

Aujourd’hui nous avons besoin de vos dons pour mener à bien notre 1ère étape du projet sur la base de ce budget résumé :

  1. Pour les éco-gardes, voici ici-bas les dépenses y relatives

a). Equipement

7 Vestes imperméables : 245 USD.

14 Bottes (souliers), dont deux paires par personne : 112 USD

10 Tentes : 150 USD

10 Sacs de couchage : 100 USD

10 Lampes torches : 30 USD

14 Salopettes (dont deux par personne) : 210 USD

2 Appareils photographiques : 300 USD

2 Cartes mémoires : 12 USD

7 Gourde pour transporter de l’eau : 56 USD

7 Casquettes : 21 USD

7 Carnets de notes : 21 USD

1 Boite de stylos : 3 USD

Formation de 10 jours sera couverte avec : 160 USD.

Bandages et autres équipements médicaux des premiers soins sur terrain et ceux de formation: 185 USD (forfaitaire).

b). Salaires annuels des éco-gardes : 5040 USD/an pour les 7 gardes.

Le total partiel fait : 7665 USD

Pour l’équipe de coordination et installation du bureau, voici ici-bas les dépenses y relatives

Rappelons que cette équipe sera constituée de trois personnes, dont un coordonnateur, un secrétaire et communicateur du projet et une trésorière.

  • Installation et équipement du bureau : 7340 USD
  • Indemnisation de l’équipe de coordination : 2880 USD/an pour trois personnes
  • Frais de transport (transport en commun) : 2160 USD
  • Prise en charge alimentaire de l’équipe : 3240 USD/an
  • Communication annuelles : 420 USD
  • Prise en charge de réunions de travail avec les partenaires et parties prenantes : 1140 USD

Total partiel : 17180 USD

Imprévus et frais administratifs : 2 484,5 USD

TOTAL GENERAL : 27 329,5 USD

Contribuer, même symboliquement, à cette cagnotte est également un moyen d’encourager un projet environnemental & social d’envergure et à fort impact.

Ici vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte.

  • Chacun participe du montant qu’il souhaite.
  • Tous les paiements sont sécurisés.
  • Partagez cette cagnotte pour nous aider à récolter plus de dons !
  • Vous pouvez aussi faire un don via PayPay sur : [email protected]

PLUS D’INFOS SUR LE PROJET

Pour en savoir plus découvrez :

Nos contacts :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *