Synthèse du rapport sur le monitoring des grands singes sauvages et Investigations des terrains dans la Province du Nord-Kivu et la Province de l’Ituri/RD Congo

Brève présentation contextuelle

Le Paradis des Primates, une organisation engagée dans la protection et la conservation de la nature en général, autorisée à œuvrer sur toute l’étendue nationale de la République Démocratique du Congo.

Le Paradis des Primates promeut la conservation communautaire, en travaillant avec les communautés locales qu’il équipe d’outils nécessaires leurs permettant de pouvoir intervenir plus efficacement dans la conservation et la protection de la biodiversité dans leur milieux de vie, dans la protection et la reconstitution des habitats naturels de la biodiversité faunique, mais aussi des forêts tropicales communautaires qui abritent une grande diversité d’espèces endémiques extraordinaires. Certaines de ces espèces sont malheureusement en train d’avancer vers leur disparition complète, si les actions concrètes de protection de ceux-ci ne sont pas rapidement entreprises.

La RDC renferme la deuxième plus grande forêt pluviale du monde, et la première d’Afrique. De façon générale, la diversité biologique de la RDC n’est pas encore bien connue. Des vastes régions forestières sont encore inexplorées et/ou méconnues et abritent des espèces en voie d’extinction.

Malgré sa connaissance lacunaire, la biodiversité de la RDC est déjà en danger et avance vers une extinction quasiment irréversible si des actions concrètes de la sauvegarde de celle-ci ne sont pas rapidement initiées.

La RDC qui n’est pas encore sorti de sa longue période de guerre, qui malheureusement est en train d’entraîner d’énormes difficultés d’ordre social, économique, financier et sécuritaire avec comme conséquences la réduction sensible de la capacité du Gouvernement de la République ainsi que de l’agence publique chargée d’administrer les aires protégées à assumer leurs responsabilités respectives en matière de conservation des ressources naturelles. Et dont les apports des associations tant nationales qu’internationales dans le domaine de la protection et conservation de la nature, en l’occurrence celui du Paradis des Primates est d’une importance beaucoup plus capitale.

 

Objectifs de la mission

Le présent rapport porte sur les activités du monitoring des grands singes vivant dans les forêts communautaires non protégées dans la province du Nord-Kivu et celles de Province de l’Ituri en RD Congo. Il renferme également les résultats des investigations des terrains réalisées dans les deux régions précitées, dans le but de vouloir créer une base pour l’organisation.

La descente effectuée avait pour objectifs de pouvoir :

  • Identifier et/ou répertorier les forêts communautaires non protégées hébergeant des grands singe sauvages ;
  • Réaliser un monitoring d’évaluation ou inventaire estimatif préliminaire de l’abondance des grands singes dans les forêts non protégées investies, mais aussi de la diversité faunique dans les forêts concernées ;
  • Identifier les terrains propices pour servir de base au Paradis des primates ;
  • Prendre contact avec les familles et/ou chefs locaux propriétaires des terres (forêts) abritant la faune sauvage ;
  • Répertorier les menaces qui pèsent sur la faune de la zone concernée ;
  • Lancer un cri d’alarme auprès des partenaires et autres organisations impliquées la protection de la nature, mais aussi, rechercher des nouveaux partenaires pouvant nous accompagner dans la réalisation de notre programme de conservation et protection des grands singes sauvages.

Activités réalisées

Au cours de cette descente, nous avons tenue des rencontres avec les représentants des quelques familles propriétaires des terres, pour pouvoir négocier la session de ces terres au Paradis des Primates pour leur conservation et protection ;

Nous avons également réalisé des visites de monitoring et d’investigation des sites dans les forêts pour pouvoir nous rendre compte de la diversité de la faune dans les zone concernées. Cette activité nous a révélé la présence des plusieurs espèces qui doivent être protégées à tout prix ;

Nous avons réalisé un monitoring sur la présence des grands singes dans les forêts communautaires non protégées. Ceci nous a permis de nous rendre compte de la dégradation avancée et des multiples menaces qui pèsent sur les grands singes et autres animaux dans les zones inspectées.

Résultats obtenus

Signalons que nos résultats sont basés sur les traces des grands singes et/ou leur présence physique constatée.

Après avoir réalisé les activités prévues, nous avons obtenu les résultats suivants :

a). Présence des grands singes

Nous avons remarqué la présence des grands singes dans les forêts situées aux proximités des villages ou des localités ci-après :

  • Localité OMBOLE :

Dans les forêts situées dans les proximités de la localité d’Ombole, il y a la présence des Chimpanzés communs qui y vivent. La population est estimée à près de 12 individus éparpillés dans les forêts appartenant aux communautés locales.

  • Localité de LUONGO

Ici, on y trouve une concession appartenant à une famille locale, ladite concession héberge une population des Chimpanzés communs estimées à près de 20 individus.

  • Village de MANDELYA

Dans les forêts situées aux environs du village de Mandelya (près de 10 km), on y trouve plusieurs individus des Chimpanzés communs. Certaines forêts de cette zone ont déjà été achetées par des hommes d’affaires, dont la colline de Longoma abritant près de 7 individus des chimpanzés, mais qui malheureusement est déjà achetée par un commerçant de la ville de Butembo. Cette forêt n’attend que son exploitation et donc, l’extermination de ces chimpanzés qui y ont trouvé refuge.

  • Groupement de BAPAITUMBA en général.

Dans les vastes forets du groupement de Bapaitumba d’une manière général, on y trouve des Chimpanzés communs éparpillés dans des forêts communautaires appartenant à différentes communautés locales.

 

  • Forêts communautaires environnant la localité de Mungapa (Province de l’Ituri)

Dans les localités environnantes celle de Mungapa, nous y avons constaté une hausse assez importante des chasseurs. Il y a également un nombre élevé des animaux sauvages détenus illégalement par les populations locales, ces animaux devraient être récupérées par le Paradis des Primates puis réhabilités dans leur milieu naturel de vie.

Signalons que la localité de BAHAHA serait le milieu propice pour l’installation d’une base ou centre d’activités pour le Paradis des Primates.

b). Menaces qui pèsent sur les grands singes et autres animaux sauvages dans les zones inspectées

Le répertoire des menaces qui pèsent sur les populations des grands singes dans les zones concernées par cette activité a révélé ce qui suit :

  • Les membres de l’armée nationale (Forces Armées de la République Démocratique du Congo, FARDC) : ceux-ci recrutent les populations locales pour servir de transport des viandes sauvages boucanées. Ces viandes sont vendues dans des grandes agglomérations et dans les carrières minières pour nourrir les creuseurs d’or. La majorité des animaux tués est constituée des primates dont les chimpanzés ;
  • Les membres des groupes rebelles dont les Forces Démocratique pour la Libération du Rwanda (FDLR) : ceux-ci sont fortement impliqués dans la chasse des primates, dont les gorilles. Ces viandes sont vendues dans des carrières minières en territoire de Lubero ;
  • Les chasseurs locaux : ceux-ci utilisent les armes de chasse « calibres-12» et autres armés à feu, la viande est également vendue dans les carrières minières et dans les grandes agglomérations ;

Les membres des communautés locales sont également impliqués dans les activités de chasse. Ceux-ci utilisent souvent des :

  • Pièges en fils métallique;
  • Pièges en bois, racines et fils végétaux ou lianes ;
  • Pièges en fils nylons ;
  • Les armes de chasse « calibres-12» ;
  • Un état très avancé de la destruction des forêts par les cultivateurs, les creuseurs d’or, les hommes d’affaires qui transforment les forêts en fermes pour vaches, chèvres, moutons, porcs etc…
  • La coupe de bois pour la fabrication de planches ;
  • La coupe de bois pour la fabrication des charbons (braises).
  • Plusieurs terres (forêts) abritant les grands singes et autre animaux sauvages sont en vente, ce qui impliquera la disparition de ces animaux dans peu des jours.

Plus des 730 armes calibres-12 enregistrées seulement au bureau du secteur de Bapere. Ce chiffre ne tient pas en compte les armes utilisées par l’Armée Nationale, celles utilisées par les différents groupes rebelles et celles qui ne sont pas enregistrées ;

c). Rencontres avec les familles et chefs locaux propriétaires des terres (forêts).

La prise de contact avec les familles et chefs locaux propriétaires des terres, nous a permis d’obtenir les résultats suivant :

  • Une entente de session des terres à l’Association Paradis des Primates a été trouvée entre la famille qui gère les forêts communautaires du village Uvira. Elle pourra céder près de 1000 hectares des forêts à conserver. En échange de quoi, l’Association Paradis des Primates devra intervenir dans le développement local, entre autre :
  • La construction d’une école primaire, à 6 salles de classe ;
  • La construction d’un centre médical ;
  • La prise en charge scolaire, au niveau universitaire pour trois ans académiques des 3 jeunes appartenant à la famille propriétaire des terres ;
  • L’insertion des jeunes locaux dans les activités du projet (main d’œuvre locale).
  • Pour les localités approximatives de Mungapa, les terres seront prises en location. Nous avons ciblé près de 70 à 100 hectares où sera installé le centre du Paradis des Primates.
  • La concession se trouvant à Luongo, et abritant une vingtaine des d’individus des Chimpanzés a été mise en vente. Les prix est fixé à 70.000 USD, l’Association Paradis des Primates a déjà entrepris des contacts avec la famille propriétaire de ce terrain pour sa conservation et sa protection.
  • Concernant les forêts communautaires d’Ombole et de ses environs, l’Association Paradis des Primates a déjà initié des contacts avec certaines familles et chefs coutumiers locaux qui en sont propriétaires. Certains d’entre eux sont déjà d’accord pour la session et/ou la vente de leurs terres pour la protection des Chimpanzés.

Projection des activités avenirs pour la conservation et la protection des grands singes

Pour pouvoir intervenir efficacement dans la conservation et la protection des grands singes dans les zones inspectées, l’Association Paradis des Primates prévoit de réaliser les actions suivantes :

1). Acquisition du terrain à Bahaha et dans le groupement de Bapaitumba. Le but principal de cette action est de :

  • Pouvoir installer un centre d’activités du Paradis des primates auprès de la biodiversité sauvage pour pouvoir intervenir beaucoup plus rapidement et efficacement ;
  • Rencontrer les chefs et les familles des Pygmées vivant autour et dans le site concernés afin de pouvoir les sensibiliser et les associer aux actions de la protection et conservation de la biodiversité sauvage qui leur sert des ressources principales à leur survie ;
  • Initier une sensibilisation préliminaire au sein des communautés locales à travers les différentes associations locales et les regroupements des agriculteurs sur l’importance et la nécessité de la protection de la biodiversité sauvage dans leurs zones ;
  • Créer un centre de récupération et réhabilitation de la faune sauvage dans les localités d’Uvira et Bahaha/Mungapa. Ceci aura comme suite, l’installation d’un comité local de gestion ;
  • Sensibilisation de chasseurs et braconniers locaux sur la protection et conservation de la faune sauvage dans leurs zones.

2). La conclusion et l’officialisation auprès des instances compétentes et officielles, des accords de session et/ou de location des terres (forêts) par les propriétaires à l’Association Paradis des Primates ;

3). La création de la Réserve Communautaire de Bapaitumba et son officialisation auprès des instances compétentes de la République Démocratique du Congo ;

4). Trouver une entente finale avec les chefs locaux et familles propriétaires des terres aux alentours du village d’Ombole pour la création d’un centre de conservation des Chimpanzés. Cette même optique devra être exploitée pour la concession de Luongo qui héberge les Chimpanzés.

5). Créer une réserve pour la conservation des Chimpanzés dans les forêts communautaires de Mandelya, et/ou promouvoir la conservation communautaire dans la zone.

6). Lancer une campagne de sensibilisation des autorités militaires sur la protection et la conservation de la nature, et l’interdiction de toute forme de chasse dans le Groupement de Bapaitumba en secteur de Bapere.

7). Sensibiliser les communautés locales et environnantes sur l’importance et la nécessité de la conservation et protection de la biodiversité dans les zones inspectées ;

8). L’initiation du programme d’élevage des animaux domestiques (petit bétail) au sein des populations locales vivant autour ou à l’intérieur du site, mais aussi celui de reboisement des forêts dans les zones détruites.

Problèmes (difficultés) rencontrés et indice d’urgence pour la protection

  • L’implication effective de l’Armée Nationale dans la chasse et/ou braconnage de la faune dans la zone, constitue l’un des plus grands obstacles ;
  • L’absence des sensibilisations aux communautés locales sur la conservation et protection de la biodiversité sauvage ;
  • L’absence des pistes fréquentables pour pouvoir circuler dans les forêts, ceci constitue une difficulté à laquelle l’Association Paradis des Primates devra se pencher ;
  • L’absence du contrôle des armes et de la chasse dans les territoires concernés ;
  • Non règlementation et/ou contrôle du creusage d’or dans le territoire de Lubero ;
  • Le non implication considération des communautés dans les activités d’élevage domestique ;
  • L’insuffisance de moyens financiers et matériels pour le soutien des équipes de terrain

IMPACTS, FAIBLESSES ET DIFFICULTES DE L’ASSOCIATION PARADIS DES PRIMATES (P-P)

Force de l’Association Paradis des Primates Faiblesses Difficultés
·      Les Chefs Terriens et Chefs des communautés locales sont d’accord avec l’Association Paradis des Primates sur la question de la conservation communautaire sur leurs terrains. La création des nouvelles aire protégées dans leur secteur (secteur de BAPERE).

·      Nous avons entré en contact avec le propriétaire de la concession de Luongo abritant une vingtaine de Chimpanzés pour l’acquisition de ladite concession afin de protéger et conserver ces animaux.

·      L’équipe de Terrain est courageuse et motivée.

·      L’Association Paradis des Primates a un partenariat local sur terrain qui constitue un Comités des Gestions Forestière dans le secteur.

·      Nous avons une équipe scientifique et technique très efficace, ainsi qu’une équipe de gestion bien impliquée.

·      Franche collaboration  avec les populations locales du milieu.

·      Manque des moyens financiers et matériels pour la réalisation des projets.

·      Manque des partenaires d’accompagnement et parrainage de nos projets de conservation de la nature.

·      Insuffisance et manque des moyens financiers et matériels pour pouvoir soutenir nos partenaires locaux.

·      Incapacité de pouvoir initier les actions de développement tel que la réhabilitation des routes, la construction d’une école primaire et d’un centre médical mais aussi la promotion du développement social et économique dans la population locale.

 

·      Manque d’appui de la communauté internationale dans le domaine de la conservation de la nature.

·      Manque d’appui de la part des organisations et institutions internationales et nationales de la conservation de la nature.

·      Manque de matériels de terrain tel que : GPS, Boussoles,  appareil photographique, camera, tentes, sacs de couchage, bottes et salopettes, kit des soins primaires, kit de purification d’eau, vestes imperméables, etc…

·      Manque de financement nécessaire pour pouvoir faire le suivi et monitoring régulier des animaux en voie d’extinction dans le milieu.

Mission de monitoring et investigation des terrains